© 2019 Lude & Interlude © photographes : Xavier Perchaud / Axel Bailleul / Cécile Rouède - Directeur d'image : Alexandre Villalobos

Son équipe

Pascal Le Corre est pianiste, professeur, consultant, auteur d’ouvrages et d’articles sur la psychologie du musicien.


Né en 1959, il étudie le piano avec Pierre Audon et poursuit ses études musicales au Conservatoire National Supérieur de Paris auprès d’Aldo Ciccolini, Jean Hubeau, Geneviève Joie-Dutilleux, Christian Ivaldi, Jean Koerner, Betsy Jolas, Janine Rueff et Marius Constant.


Grand prix au concours international « Maria Canals » de Barcelone en 1984, il débute une carrière de pianiste concertiste et d’accompagnateur de chanteur en France et à l’étranger, enregistrant les œuvres de Florent Schmitt, Szymanovski, et l’opéra « Pelléas et Mélisande » de Debussy, salué par la critique et immortalisé en 2005 dans un film de Pierre Jourdan.

 

Très tôt, la pédagogie prend une place importante dans sa vie de musicien. Dès l’âge de 25 ans, il obtient les diplômes de professeur d’accompagnement, de piano et de musique de chambre. En 1986, il est l’assistant de Jean-claude Pennetier au CNSMDP, enseigne l’accompagnement à Amiens et à Orléans. En 2010, il est nommé professeur de musique de chambre au CRR de Paris et au Pôle Supérieur de Paris-Boulogne-Billancourt où il occupe également les fonctions de conseiller aux études.


Passionné de psychologie, il entreprend en 1991, des études en ProgrammationNeuro-Linguistique. Ses recherches le conduisent à réaliser deux ouvrages, « la magie du déchiffrage » et « l’art du trac » aux éditions Henry Lemoine et Van de Velde et à écrire depuis plus de 150 articles pour la revue musicale « la lettre du musicien ». Il accompagne depuis plus de vingt ans les artistes sur des problématiques issues de son expérience de la musique et de la psychologie : le trac, la créativité, la lecture à vue, la mémorisation, le charisme, la pédagogie, l'apprentissage musical, la pédagogie.


Lude & Interlude, agence novatrice dans le domaine du conseil artistique, qui allie à sa démarche pédagogique l’expertise d’ingénierie culturelle de Clément Sapin, s’inscrit dans ce désir d’accompagnement et de conseil aux musiciens et aux acteurs du spectacle vivant.

"Tout a commencé par un cadeau de Noël : un petit orgue d’une octave et demie. Ce qui n’aurait dû être qu’un jouet éphémère pour un gamin de six ans a été la première pierre d’une passion dévorante pour la musique ; chaque nouveau morceau de musique me procurait un plaisir tel que je n’avais de cesse de reproduire par moi-même sur mon petit orgue-jouet les mélodies et les harmonies qui m’émerveillaient.

Cette passion en herbe a construit ma vie personnelle et artistique. Après deux années d’apprentissage autodidacte qui affirmèrent mon plaisir à déchiffrer et jouer les œuvres que j’entendais, je commençais mes études pianistiques avec Pierre Audon et les poursuivais quelques années plus tard au Conservatoire National Supérieur. S’en suivit une époque inoubliable des premiers concerts, des premiers prix et récompenses où les rêves de jeunesse deviennent réalité et où la vie de musicien s’affirme au gré des rencontres et des échanges avec des artistes de talent, de la découverte de salles de concert prestigieuses, de la réalisation des premiers enregistrements, des émissions de radio et de télévision.

Cette vie extraordinaire de musicien est une invitation au partage et à la transmission où la pédagogie a tout naturellement trouvé sa place parallèlement à ma carrière pianistique ; elle m’a permis de chercher et développer les outils pour modéliser les arcanes de l’excellence artistique. De recherches en formations, ma certification en Programmation Neuro-Linguistique (PNL) a été le point de départ d’une démarche de formateur et de consultant centrée sur l’épanouissement artistique du musicien."

Pascal Lecore

Clément Sapin est ingénieur culturel indépendant auprès principalement d’artistes et de structures privées organisatrices d’événements culturels. Il est le coordinateur local du Festival Debussy.


Né en 1990, il passe son enfance et sa scolarité dans la ville d’Argenton-sur-Creuse où il étudiera particulièrement le piano et le chant choral à l’école de musique municipale puis au conservatoire à rayonnement départemental de Châteauroux. Il entre en licence de Musique et Musicologie à l’Université François Rabelais de Tours pour asseoir sa connaissance théorique de la musique occidentale. Il continue le chant choral dans la Chapelle des Chantres et s’inscrit dans le cursus piano-jazz à l’école Jazz à Tours. Il découvre, en parallèle, le plaisir intense de vivre de l’intérieur l’organisation de projets culturels en effectuant un stage au quotidien « Les Echos » au service culture, à la scène nationale « Equinoxe » puis en créant sa propre structure associative « Interlude » pour soutenir les jeunes ensembles de musique classique, de jazz et de musique du monde. Il se tourne alors vers l’administration culturelle et entre successivement en master 1 Médiation Culturelle à Paris 3 Sorbonne-Nouvelle puis en master 2 Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels à Bordeaux Montaigne-SciencesPo. Ses deux mémoires, le premier sur la relation entre la musique enregistrée et le concert chez les jeunes en milieu rural, le second sur l’industrie phonographique de la musique classique sont applaudis tour à tour par le jury.

Il collabore depuis avec de nombreux artistes et structures comme le Festival des Lisztomanias, le Festival de la Voix, le Festival des Lumières, le Festival Pentecôte en Berry, le Festival de Jaugette, Festival Automne en Piano, Didascalia, etc. Il fait la rencontre passionnante, en 2015, de Jean-François Zygel et travaille avec son équipe à la coordination de ses spectacles au Châtelet et des tournages de son émission la Boite à Musique.

Lors de l’été 2015, il rencontre Pascal Le Corre lors d’un accompagnement pour le Trio Astoria, ensemble soutenu par l’association Interlude ; l’idée nait alors d’une agence qui conjuguerait l’accompagnement artistique et l’ingénierie culturelle : Lude & Interlude.

« On recherche souvent par une introspection tâtonnante la naissance d’une passion. Celle que j’ai pour la musique est sans doute née, quand, en m’amusant à chercher les passages secrets inexistants de la maison parentale,  je suis tombé nez à nez avec les trésors cachés de la discothèque de mon père. Je fus alors subjugué par la puissance d’un orchestre, d’une voix ou d’un piano et je garde encore en moi un souvenir intact de ces premières sensations que me procurait la musique. Plus j’écoutais plus j’avais la certitude que la fibre artistique me suivrait de près.

Passé l’adolescence à apprendre la musique à l’intérieur puis en dehors du conservatoire,  je retrouve la musique classique à la fin du lycée en l’amenant aux oreilles de mes amis. Je débute une Licence de Musique et Musicologie à Tours, sonde l’univers merveilleux de nombreux compositeurs et apprend à mieux connaître la longue histoire de la musique écrite occidentale. Après avoir hésité à suivre une carrière de musicien professionnel, je m’oriente rapidement vers l’élaboration de projets culturels. Mes différentes expériences confirment le plaisir intense que j’ai à rassembler un public autour du partage du sensible. Mes deux années de master orientent mes recherches sur la relation à la musique chez les jeunes en milieu rural et sur l’industrie phonographique de la musique classique. Parallèlement, je fonde l’association Interlude dont la mission est d’offrir un cadre et un appui juridico-administratif à de jeunes formations afin de rendre opérationnel leurs projets artistiques. Les différentes expériences qui jalonnent cette structure (tournées, production et édition d’enregistrement, créations musicales, etc.) affirment ma vocation à épauler les artistes et à accompagner les structures culturelles. »

Clément Sapin